Partagez cet article sur les réseaux sociaux afin de récompenser mon travail ! Merci

Les prunelles, ainsi lacto-fermentées, peuvent être conservées et servies de différentes façons : “au naturel”, à la manière des olives (dans une huile d’olive douce) ou écrasée dans une sauce vinaigrette.

Grâce à la fermentation, leur conservation peut être très longue, ce qui permet d’en consommer régulièrement en attendant une prochaine récolte.

Le goût de cette prunelle est très particulière, en perdant son astringence, elle gagne en sucre et, bien évidement, en sel.
On aime où on aime pas. Bref, les goûts, les couleurs ne se discutent pas !

Dans la tradition japonaise, cette préparation est considérée comme un condiment de grande valeur médicinale.
L’umeboshi est vénérée comme la prune des centenaires, il suffirait d’en consommer une par jour pour vivre longtemps et en pleine forme !

On aime ou on aime pas, son goût et sa texture sont si particuliers, salée, sucrée, légèrement acide, chair fondante au goût concentré de prune…

Prunelles "à la japonaise" (ou façon olives)

Auteur: reverotte.fr (Cyril)

Ingrédients

  • des prunelles non gelées
  • 1 saladier

Instructions

  • Laver les prunelles
  • Réaliser une saumure avec 1 volume de sel pour 4 à 5 volumes d'eau.
  • Couvrir les prunelles avec la saumure dans le saladier ou un gros bocal de verre de taille adaptée.
  • Couvrir le saladier avec un tissu.
  • 3 à 4 jours plus tard, les prunelles ont perdu leur astringence et leur acidité.
  • Elles peuvent être consommées à ce stade.
  • Si vous laissez les prunelles 3 à 4 semaines en saumure, elles prendront une belle couleur rose.
  • A ce stade, elles peuvent être consommées et mises en conserve en les couvrant d'huile d'olive à l'intérieur d'un bocal par exemple ! 

Notes

Les prunelles, ainsi lacto-fermentées, peuvent être conservées et servies de différentes façons : "au naturel", à la manière des olives (dans une huile d'olive douce) ou écrasée dans une sauce vinaigrette. 
Grâce à la fermentation, leur conservation peut être très longue, ce qui permet d'en consommer régulièrement en attendant une prochaine récolte.
Le goût de cette prunelle est très particulière, en perdant son astringence, elle gagne en sucre et, bien évidement, en sel. On aime où on aime pas , “de gustibus et coloribus non disputandum”. Bref, les goûts, les couleurs ne se discutent pas !
Dans la tradition japonaise, cette préparation est considérée comme un condiment de grande valeur médicinale. L'umeboshi est vénérée comme la prune des centenaires, il suffirait d'en consommer une par jour pour vivre longtemps et en pleine forme !

Commentaire

  • Laurie SALDEN

    3 novembre 2020 - 13 h 41 min

    Bonjour et un immense merci pour votre recette!! Je l’ai testée et totalement approuvée, c’est vraiment succulent!! Par contre le second pot que j’ai fait a un petit film trouble à la surface et pétille super fort. Est-il toujours consommable?? Je pensais que l’huile bloquait toute fermentation!? D’avance un tout grand merci pour votre aide !! Belle journée et a bientôt ! Laurie

Répondre à Laurie SALDEN Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notez cette recette